Marathon 8

DIY Marathon – Courir jusqu’à ce que ça fasse mal

Le week-end dernier, c’était le jour J. Après une période de préparation de huit semaines, j’ai couru un marathon pour la première fois samedi. Comme vous le savez, il n’y a pas de compétitions à cause de la Corona, donc j’étais sur la route sans aucune compétition, juste en train de me battre avec l’horloge et moi-même.

Les derniers préparatifs

Après avoir pris mon petit-déjeuner le samedi, il n’y avait pas grand-chose à faire avant de pouvoir enfin commencer à courir. J’ai rempli mes bouteilles, une d’eau et l’autre de poudre ISO. J’ai sorti quelques gels et deux bananes pour aller avec. J’avais aussi quelques petites canettes de Coca pour les rations. Avec seulement 150 ml, ils ont une taille de portion parfaitement adaptée au sport. Avec le temps ensoleillé de l’automne, rien ne pouvait aller de travers.

Marathon sports nutrition Maurten gel, barre, Coca Cola, banane et bouteille de boisson Komoot

Marathon – La course

Attachez vos chaussures, mettez votre ceinture cardiaque, serrez votre montre. Puis ça a commencé. Sur mon parcours de quatre tours, j’étais toujours accompagné d’un membre de ma famille à vélo. Je pouvais donc avoir un verre ou quelque chose à manger à tout moment. Cela m’a aussi rendu encore plus motivé pour maintenir mon rythme.

Le début s’est plutôt bien passé. Un peu distrait par le vélo, j’ai peut-être commencé à courir un peu vite, mais bien dans une fourchette raisonnable. Après 6 kilomètres, j’ai pris mon premier gel comme prévu et j’ai bu selon mes besoins. J’ai terminé le premier tour de 10,5 kilomètres après 56 minutes. Un temps de partage solide et aucun problème jusqu’à présent. Je fais quelques pas pour boire la première canette de Coca avant de partir pour le deuxième round. Ça peut continuer comme ça pour ce que j’en ai à faire. Et il le fait pendant un certain temps. Vers la fin du troisième tour, cependant, je remarque que mes jambes se font de plus en plus remarquer. Ici un pincement dans le mollet, là un tic dans la cuisse. Après 2 heures 50 minutes et déjà 31,5 kilomètres, je suis en fait bien dans les temps. Une autre canette de Coca et une petite bouchée de banane, puis mon frère sonne euphoriquement le dernier tour avec sa sonnette de vélo.

A partir de là, ça devient de plus en plus difficile. À chaque pas, on se demande si l’on ne devrait pas réduire un peu la vitesse, mais je ne peux pas me le permettre. Je ne cours déjà plus qu’à un bon 6:10 min/km. Dès qu’il y a une légère montée, je n’ai plus la force de garder un rythme raisonnable, mais cela n’a plus d’importance maintenant. Encore et encore, mes compagnons jouent la bande sonore emblématique de Rocky « Eye of the Tiger » pour me faire avancer. Vous devez serrer les dents pour rester sous la limite de quatre heures.

Évaluation du marathon - fréquence cardiaque, pouls, cadence, profil d'altitude
La cadence (rose) a baissé brièvement pendant les pauses-coca. Au dernier tour, je me suis arrêté une fois et me suis assis, à ce moment-là mon pouls (rouge), qui par ailleurs fluctue constamment autour de 165, baisse un peu.

Puis, à un moment donné, c’est enfin terminé. Je cours encore quelques mètres pour éviter les erreurs de GPS avant de savourer le sentiment d’avoir réussi.

Revue du marathon

À quelques jours de l’événement, j’aimerais faire un petit résumé de mon expérience du marathon. Le marathon du week-end dernier a été sans aucun doute l’un des plus grands défis que j’ai eu à relever. La dernière heure en particulier a été une pure bataille avec moi-même et l’épuisement de mes jambes. Malgré une courte période de formation de huit semaines, j’étais relativement bien préparé. Les nombreux kilomètres d’endurance que j’ai effectués sur le vélo cette année ont été particulièrement décisifs. Après une courte acclimatation musculaire, j’ai donc pu commencer tout de suite.

Bildschirmfoto 2020 11 03 um 11.25.25
Pas de dossard, de certificat ou autre – une capture d’écran contient mon résultat parmi de nombreux souvenirs.

Fondamentalement, cependant, je recommanderais toujours d’organiser l’entraînement pour le marathon sur le long terme. Quelques courses plus longues de 25-30 kilomètres auraient été utiles, c’est certain. 3-4 mois pour les athlètes d’autres disciplines et au moins 6 mois pour les nouveaux arrivants sont appropriés. Vous pourrez ainsi réagir correctement aux faiblesses et aux causes de la douleur et éviter les blessures.

Marathon 9
J’ai récupéré un vieux numéro de course qui me sert de rappel, mon dernier résultat :
18,35 Kilomètre – 1:20:43 – 4:23,9 min/km

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *