Diagnostic de performance chez XP Sport

Formation en cyclisme – diagnostic des performances

Diagnostics de performance et modèles à seuil

Le cyclisme est un sport individuel d’endurance où le niveau de performance personnel est crucial. Étant donné que le contrôle et la conception de l’entraînement dans le cyclisme dépendent des performances individuelles, la science du sport a tenté de décrire et d’expliquer les performances des cyclistes au cours des 40 dernières années. Dans ce contexte, de nombreux modèles différents ont été développés. Les plus utilisés sont les modèles dits « à seuil », qui décrivent une « puissance de travail maximale à laquelle un paramètre (par exemple, la fréquence cardiaque, l’absorption d’oxygène ou la formation de lactate) se trouve dans une plage stable et une augmentation de la puissance de travail entraînerait une augmentation continue du paramètre à seuil » (Heck, 1990).

Les paramètres les plus couramment utilisés pour déterminer un « seuil de performance » en cyclisme sont l’analyse des gaz respiratoires pour déterminer l’absorption d’oxygène et la formation de lactate, qui est déterminée par une prise de sang capillaire. Depuis le début des années 1970, il est possible de mesurer les concentrations de lactate de manière rapide et fiable en utilisant de très petits échantillons de sang capillaire. En raison de ce développement technique, la concentration de lactate est devenue de plus en plus importante dans la détermination et la prédiction des paramètres déterminant la performance.
Étant donné que l’analyse des gaz respiratoires pour la détermination des plages d’entraînement pour le cyclisme présente un énorme potentiel d’erreur et qu’il n’a pas encore été possible de développer des systèmes d’analyse concluants et pratiques à cette fin, nous nous concentrons sur l’analyse des échantillons de lactate.

Le test du taux de lactate

En raison de son rôle clé dans la transition entre le métabolisme glycolytique et le métabolisme oxydatif, la mesure du lactate joue un rôle central dans les enquêtes modernes de diagnostic de performance (Dickhuth, 2000). La formation de lactate au repos est d’environ 0,5 à 1,5 mmol/litre de sang et peut atteindre jusqu’à 20 mmol/litre pendant le pic de performance athlétique (Neumann et al 1999). Divers facteurs peuvent fortement influencer la formation de lactate et ainsi affecter la précision prédictive d’un diagnostic de performance. Ces paramètres doivent donc être surveillés et contrôlés pour éviter la falsification des résultats des tests. Un facteur qui joue un rôle important à cet égard est le protocole de test. Il décrit la puissance d’entrée, la durée du pas et la hauteur du pas dans le test du pas de lactate. Il est crucial, pour la comparabilité des tests de performance, de toujours utiliser le même protocole. Cependant, il n’y a pas de modèle unique correct ; il y a plusieurs façons d’arriver à un résultat concluant.
Pour tous les protocoles de test, il est essentiel que l’athlète commence le test en étant aussi rétabli que possible et en ayant reconstitué ses réserves de glycogène pour permettre une évaluation précise du test. En outre, la température de la pièce ne doit pas être très élevée pendant les diagnostics de performance et la pièce doit être bien ventilée.
La procédure d’un test du taux de lactate est toujours assez similaire. Commencez par une faible puissance de 50 à 100 watts, car il ne faut pas s’attendre à une formation accrue de lactate. La puissance est ensuite augmentée par paliers, la longueur et la hauteur des paliers ayant un effet sur la précision de mesure des diagnostics et déterminant le protocole d’évaluation sous-jacent. Il est très important que le protocole d’essai et le protocole d’évaluation correspondent, car ce n’est qu’à cette condition que l’on peut espérer obtenir des résultats de mesure raisonnables pour le diagnostic des performances.

Contre-la-montre et tests sur le terrain

Outre les tests de lactate effectués en laboratoire, les plages d’entraînement peuvent également être déterminées très précisément sur la base de tests sur le terrain. Il s’agit d’épreuves contre la montre qui, en fonction de la discipline, sont effectuées soit en VTT hors route, soit en vélo de route sur route. Ils permettent de déterminer approximativement le seuil anaérobie et constituent la forme la plus simple de diagnostic de la performance. Les épreuves contre la montre doivent être effectuées sur un parcours « régulier », avec une pente aussi constante que possible sur toute la longueur. Cela permet au cycliste de maintenir une puissance continue constante. Pendant le contre-la-montre, on enregistre la fréquence cardiaque, dont la moyenne, divisée par un pourcentage approprié, donne une approximation du seuil anaérobie. Cette méthode peut être pratiquée aussi bien à l’entraînement qu’en compétition.
Un tel test est beaucoup plus précis si la puissance est enregistrée avec un wattmètre. C’est idéal pour tous les athlètes qui s’entraînent avec un compteur de puissance.

AdobeStock 163663273 1
La puissance au seuil est un facteur décisif dans les contre-la-montre

Dans ce domaine, les courses contre la montre sur le plat ou en montée d’une durée d’environ 20 minutes se sont avérées être une mesure très précise des performances d’endurance. Ceci est basé sur la règle empirique selon laquelle la puissance moyenne maximale ou la capacité de puissance continue sur 20 minutes (DLF-20) est approximativement égale à 110 % de la capacité de puissance continue maximale sur 60 minutes (DLF-60). Nous avons pu observer cette corrélation pendant des années en comparant les tests du niveau de lactate et les performances en contre-la-montre ou les tests sur le terrain. En 2009, cette corrélation a fait l’objet d’une étude scientifique et a pu être prouvée par des analyses statistiques des données de performance sur le terrain et des valeurs de diagnostic en laboratoire chez plus de 30 cyclistes hautement entraînés (cf. Bontenackels, 2009).
Vous avez ainsi la possibilité de vérifier vous-même vos propres performances d’endurance. D’après ma propre expérience, une combinaison de tests en laboratoire et sur le terrain pendant la saison est la plus efficace, en fonction de la planification et de la périodisation de l’entraînement, car en hiver, le test sur le terrain est souvent beaucoup plus difficile que le test en laboratoire. En été, c’est généralement le contraire qui se produit.

Les concepts de seuil – un aperçu

La pertinence pratique du diagnostic de performance est extrêmement importante pour l’athlète, car il veut savoir en fonction de quelles plages d’entraînement (watts ou fréquence cardiaque) il doit contrôler son entraînement. Les valeurs déterminées en laboratoire doivent donc refléter les conditions existant dans la pratique, afin de pouvoir obtenir des gammes d’entraînement réalisables de manière réaliste. Afin de clarifier la pertinence pratique de différents modèles d’évaluation et protocoles de charge (hauteur et durée des pas) dans le diagnostic de la performance en matière de lactate, des comparaisons ont été faites avec ce que l’on appelle l’état stable de lactate maximum (maxLass). A maxLass, « une performance continue d’une durée maximale d’une heure est tout juste possible sans que la valeur de lactate n’augmente davantage » (Schmidt, 2007). Ces études comparatives ont montré que les différents concepts de seuil, en fonction du niveau d’entraînement et du protocole de test (charge initiale, hauteur du pas, durée du pas), surestiment ou sous-estiment parfois la masse maximale (GREEN et al., 1983 ; HECK, 1990b ; STOCKHAUSEN et al., 1997).

Le concept de seuil selon Lörcks

Dans la pratique quotidienne, nous utilisons un modèle modifié du seuil anaérobie individuel selon Dickhuth. Cette modification est le résultat d’observations et de comparaisons de données de performance en laboratoire et en compétition de plusieurs de nos athlètes.

Selon la méthode de Dickhuht (1991), le seuil anaérobie individuel (SAI) est déterminé en ajoutant une valeur de 1,5 millimoles par litre à l’équivalent lactate le plus bas au fur et à mesure que la puissance augmente. L’équivalent lactate le plus bas est également appelé « seuil de lactate » (LT). Le LT décrit le début de l’augmentation du lactate avec une augmentation progressive de la charge. Le point de la courbe de puissance du lactate additionné de 1,5 millimoles par litre indique la charge correspondant à l’IAS. L’IAS décrit l’intensité maximale d’un effort continu – et non la valeur de lactate qui peut être mesurée après un effort continu.
Grâce à nos observations, nous avons constaté que cette méthode sous-estime la valeur pratique de la puissance continue sur 60 minutes (DLF-60). Or, celle-ci est décisive pour la détermination des zones d’entraînement et doit donc être déterminée aussi précisément que possible. Par conséquent, nous avons ajusté le modèle par l’analyse statistique de nos données et augmenté la valeur de 1,5 à 1,8 mmol/l. Ainsi, nous avons pu obtenir une concordance très élevée de 98,8 % entre le seuil anaérobie individuel déterminé en laboratoire et la performance déterminée lors du test sur le terrain.

Le « seuil » est un sujet très discuté dans le cyclisme. Dans la plupart des cas, le facteur décisif n’est pas de savoir si un modèle est meilleur que l’autre, mais s’il est utilisé correctement. Souvent, différentes définitions et approches sont jetées ici et ne sont pas appliquées correctement.

Si vous examinez les anciennes études en particulier et que vous réanalysez les résultats, vous ne trouverez pas d’erreurs grossières, même aujourd’hui. Les résultats reflètent les valeurs mesurées par des groupes en partie assez importants de personnes testées, et des calculs corrects ont également été effectués. En y regardant de plus près, on constate toutefois que les groupes de sujets étaient souvent composés de participants non formés ou très faiblement formés. Le fait que ces résultats puissent ensuite être mal transférés aux athlètes de compétition semble donc à nouveau évident.
C’est pourquoi, au fil du temps, de nouveaux modèles ont été développés, qui traitaient de plus en plus spécifiquement de la performance de l’athlète individuel et étaient également capables de la représenter de manière de plus en plus précise.

C’est également de cette manière que notre modèle de seuil a été développé au fil des ans pour améliorer l’entraînement en cyclisme. Nous avons étudié de manière intensive les méthodes existantes et leurs résultats, les avons vérifiées dans la pratique et les avons adaptées. Avec le modèle d’assimilation du seuil anaérobie à une performance maximale continue sur 60 minutes (DLF-60), la définition des zones d’entraînement, la structure de nos plans d’entraînement, bref, toute la méthodologie a été modifiée pour offrir à l’athlète un concept global pratique pour une amélioration optimale de ses performances.
En fin de compte, « le seuil » est comme un outil. Cela dépend de son utilisation correcte et judicieuse, c’est-à-dire que les résultats de nos analyses n’aident l’athlète que s’ils sont interprétés et utilisés correctement.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *