La répartition gauche / droite des wattmètres dans la pratique

En relation avec les powermeters Stages maintenant disponibles en Europe, qui mesurent la puissance uniquement à la manivelle gauche, nous avons reçu un nombre croissant de demandes concernant l’importance de cette répartition gauche/droite. Dans nos deux premiers tests pratiques, nous avons déjà comparé le Powermeter Stages avec le Garmin Vector, le Powermeter Quarq et avec un ergomètre Cyclus 2 calibré. Dans ce test, tous les wattmètres testés ne présentaient qu’un faible écart entre eux.

Dans le test suivant, nous avons comparé la répartition gauche-droite des deux systèmes Quarq SRAM Red et Garmin Vector. Pour ce faire, nous avons monté les deux systèmes sur un vélo de test et effectué un test de pas à 100, 150, 200 et 250 watts sur un ergomètre Cyclus 2. Dans le tableau, nous avons résumé les valeurs moyennes de ce test.

Spécification des performances de Cyclus 2Quarq SRAM RougeGarmin VectorBalance L-R de QuarqVecteur L-R Balance
100 watts100 watts97 Watt50,7% – 49,3 %53,7% – 46,3%
150 watts147 Watt144 watts48,8% – 51,2%53,2% – 46,8%
200 watts198 Watt195 Watt49,6% – 50,4%51,1% – 48,9%
250 watts250 watts245 watts49,4% – 50,6%50,3% – 49,7%

Tout d’abord, on peut affirmer que les deux wattmètres fournissent à nouveau de très bonnes valeurs de wattage par rapport au Cyclus 2. Le Powermeter Quarq SRAM Red ne présente même aucune déviation à 100 et 250 watts et seulement une déviation maximale aux deux autres niveaux. Ceci est également conforme à nos tests précédents, dans lesquels le Powermeter Quarq SRAM Red a toujours obtenu de très bons résultats.

Le système Garmin Vector fournit également de très bonnes valeurs mesurées et présente un écart de seulement 3-5 watts par rapport à la valeur de référence de l’ergomètre Cyclus 2 à tous les niveaux.

La distribution gauche-droite montre une image différente. Ici, les deux wattmètres fournissent des valeurs clairement différentes. Il est particulièrement remarquable que la pédale Garmin Vector dans ce test montre une tendance vers la jambe gauche. Le Powermeter Quarq SRAM Red, quant à lui, montre – à partir de 150 watts – une tendance à la jambe droite. Il n’y a donc pas seulement une différence dans les valeurs en pourcentage mesurées, mais même une tendance différente (plus à gauche ou plus à droite). Dans une comparaison directe, les deux valeurs doivent donc d’abord être considérées comme n’ayant pas vraiment de sens.

Dans ce qui suit, nous avons montré les deux évaluations (puissance + répartition gauche/droite).

Quarq LR

Pour pouvoir entrer dans le détail de la répartition gauche/droite, il faut d’abord savoir comment celle-ci est déterminée dans les systèmes. Les wattmètres basés sur l’araignée (SRM, Quarq, P2M) mesurent la puissance dans l’araignée de la manivelle avec des jauges de contrainte. Le spider est monté entre la manivelle droite et les plateaux. Une mesure « réellement séparée » du côté gauche n’a donc pas lieu. Cela ne peut se faire qu’avec des wattmètres qui mesurent réellement la gauche et la droite séparément (par exemple, Garmin Vector et Rotor Power). Cependant, les wattmètres à araignée mesurent déjà toute la puissance qui est transmise à la chaîne via la manivelle. C’est différent du Powermeter de Stages, qui ne mesure en fait que la puissance du côté gauche et extrapole ensuite la puissance totale.

Mais comment un powermeter basé sur une araignée peut-il maintenant répartir le pouvoir entre la gauche et la droite ? Voici la description officielle de Quarq pour PowerBalance.

Power Balance™
Power Balance utilise le couple du pédalier pour afficher le rapport de la puissance générée dans la course d’entraînement droite (première moitié, 0-180°) par rapport à la course d’entraînement gauche (deuxième moitié, 181-360°) pour chaque tour de manivelle.

Cela signifie que l’ensemble de l’application de la force sur 360 degrés est divisé en deux phases, puis attribué à la jambe gauche ou droite via la position de l’araignée. Toutefois, cette méthode présente un certain risque d’erreur. Cela est dû au fait que le système ne peut pas distinguer les phases de tension et de compression. Par conséquent, les wattmètres à manivelle indiqueront toujours la puissance des deux côtés, même si vous avez un pied décliqué et que vous ne pédalez que d’un côté. La phase de déplacement du côté cliqué est alors attribuée au mauvais côté.

Grâce à la répartition gauche/droite, il est possible de détecter si la force est appliquée de manière inégale. De notre point de vue, il est impossible de dire si cela se passe à gauche ou à droite.

Garmin LR

Le Garmin Vector Pedal, quant à lui, est à proprement parler deux wattmètres. Un dans la pédale gauche et un dans la pédale droite. Ce système est donc techniquement beaucoup plus adapté pour mesurer la répartition gauche/droite.

Cependant, il y a un problème ici aussi. Puisque, à proprement parler, nous avons affaire à deux wattmètres, ces deux wattmètres présentent naturellement aussi une dispersion de la précision entre eux. C’est le cas, par exemple, de tous les systèmes à manivelle. Si vous testez plusieurs wattmètres d’un même type, ils seront bien sûr légèrement différents les uns des autres. Comme la distribution gauche/droite ne concerne généralement que de petites différences, une différence entre les deux capteurs ici peut facilement avoir une influence sur la distribution affichée.

Observations lors de l’essai

Ce qui est très remarquable, surtout dans le test avec le Garmin Vector, c’est que la variation entre la gauche et la droite devient significativement plus petite avec l’augmentation de la puissance. Alors qu’à des puissances très faibles de 100 watts, il existe encore un écart plus important de 53,7 % – 46,3 %, celui-ci diminue de manière significative à 200 watts et n’est plus que d’environ 1 % à 250 watts.

Cette tendance peut également être clairement observée dans le graphique et les valeurs mesurées avec le Powermeter Quarq SRAM Red. Ici, les déviations par rapport à une distribution 50/50 à partir de 200 watts sont d’environ 0,5%. En outre, vous pouvez clairement voir sur le graphique que le taux de croissance max. dans les deux directions devient significativement plus faible avec l’augmentation de la puissance.

Ceci est également cohérent avec les recherches d’Andrew R. Coggan (Training and Racing with a Powermeter), qui montrent que plus la puissance augmente, plus l’influence de la répartition gauche/droite semble diminuer. Là encore, il s’agit d’une analyse d’un seul cas à partir des données de formation d’Adrew. R. Coggan.

LR Coggan

Conclusion

Andrew Coggan dit qu’il a un DLF-45 d’environ 280 watts. A partir d’environ 175 watts, il y a très peu de variation entre la gauche et la droite. Au-dessus de 200 watts en direction du seuil de puissance continue (le DLF 60 sera alors probablement à 265-270 watts), l’écart va clairement vers 0.

Notre pilote d’essai a actuellement un DLF-60 d’environ 310 watts. L’entraînement d’endurance de base (GA1) se déroule normalement dans une plage d’environ 200 watts pour ce coureur test. Entraînement au seuil (EB) dans la gamme autour de 300 watts. D’après les résultats de nos tests, la répartition gauche/droite n’a qu’une très faible influence sur ce driver à partir de 200 watts et va également vers le seuil de puissance continue vers 0.

Si l’on transfère les résultats actuels au Powermeter Stages, qui ne mesure la puissance que du côté gauche en raison de sa construction, on doit dire que cela n’aura probablement aucune influence négative sur la précision de mesure dans toutes les plages d’entraînement pertinentes. Ceci est également conforme à nos tests précédents avec le Powermeter de Stages, qui ont montré qu’il y a de légers écarts par rapport au Cyclus 2 et au Powermeter de Quarq à des valeurs de freinage très faibles (par exemple 100 watts), mais qu’avec l’augmentation de la puissance, l’écart du système STAGES par rapport aux systèmes de référence devient de plus en plus faible.

Nous soupçonnons que l’équipe Sky a trouvé quelque chose de similaire pendant la phase de test, car des écarts d’environ 5 watts par rapport à une valeur de référence calibrée pour la puissance dans les plages d’entraînement pertinentes sont tout à fait dans les limites des systèmes de pointe éprouvés comme SRM ou QUARQ. En pratique, les fluctuations dues au décalage du zéro et à la température peuvent même avoir une plus grande influence que la distribution gauche/droite.

On ne sait pas encore si les wattmètres actuels peuvent afficher de manière fiable la distribution gauche/droite dans ces plages de puissance plus élevées. Les systèmes basés sur des araignées (SRM, Quarq, P2M) peuvent au mieux montrer des tendances ici.

Nous prévoyons un autre test de comparaison entre un Garmin Vector et le Rotor Power System sur ce sujet prochainement. Ces deux systèmes ont une mesure gauche/droite « réelle ».

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *