Des cyclistes font la course sur des routes de campagne par une journée ensoleillée au Royaume-Uni.

Pourquoi s’entraîner avec un wattmètre ?

Plus vite, plus haut, plus fort – la devise olympique détermine le monde du sport de compétition et, de plus en plus, l’image de soi de nombreux athlètes amateurs. Dans une discipline comme le cyclisme, où beaucoup de choses dépendent de la méthodologie d’entraînement et de l’équipement, c’est particulièrement clair. Alors qu’il y a 20 ans, même les athlètes professionnels performants affichaient une attitude plutôt décontractée pendant la préparation de la saison, les cyclistes amateurs se montrent aujourd’hui étonnamment professionnels – avec une équipe, un camp d’entraînement, un plan de nutrition et des diagnostics de performance.

Il n’est donc pas étonnant que le thème de la mesure des performances ait depuis longtemps quitté sa niche dans le sport de haut niveau. Au lieu de simplement augmenter les distances, les cyclistes ambitieux travaillent aujourd’hui sur la qualité de leur entraînement – et à partir d’un certain niveau, cela n’est possible qu’avec un compteur de puissance.

AdobeStock 190446412
Avec un diagnostic de performance ou un test FTP, les domaines de formation sont déterminés

La technologie correspondante existe depuis environ 25 ans. SRM, le premier fabricant sur le marché, a fêté son 25e anniversaire en 2011, mais la grande percée ne date pas d’hier. Dans le sport professionnel, les systèmes ont été utilisés à partir du début des années 90, mais au début seulement par un petit nombre de coureurs. Au fur et à mesure que les entraîneurs et les athlètes ont compris les possibilités offertes par la mesure des performances, les wattmètres sont devenus un compagnon constant de l’entraînement et de la compétition. Si vous regardez les vélos d’entraînement et de compétition des cyclistes professionnels et des triathlètes de haut niveau d’aujourd’hui, vous verrez que très peu d’entre eux sont encore sur la route sans mesure de puissance mobile.

Cependant, de nombreux cyclistes sont encore sceptiques quant à l’entraînement avec des wattmètres. C’est une chose d’éviter les dépenses élevées – si vous ne roulez que sur un coup de tête et ne valorisez pas l’entraînement systématique, vous êtes probablement suréquipé d’un powermeter.

Les cyclistes, en revanche, qui souhaitent réellement progresser, définir des stimuli d’entraînement ciblés et veulent utiliser et évaluer le temps d’entraînement le plus efficacement possible, ne peuvent éviter de s’entraîner en fonction de la puissance. Pour l’instant, les wattmètres Stages sont très populaires auprès des débutants, car ils sont rapides à installer grâce à une mesure unilatérale et sont relativement bon marché. Les modèles Garmin Vector S et Rotor Power LT offrent également une mesure unilatérale à un prix d’entrée de gamme inférieur.

Si vous souhaitez déterminer la puissance de manière encore plus précise et éventuellement évaluer la répartition gauche/droite, vous pouvez utiliser le Powermeter SRM, le Powermeter Quarq, le Rotor Power ou le Garmin Vector.

Vous trouverez une sélection de nos wattmètres les plus populaires à la fin de cet article.

AdobeStock 8996491 1
Grâce à une formation axée sur les performances, vous pouvez élever vos performances compétitives à un niveau supérieur.

La fréquence cardiaque – une alternative favorable ?

Mais il existe sûrement des alternatives moins chères, plus faciles et plus pratiques, non ? Par exemple, qu’en est-il de l’entraînement généralisé basé sur la fréquence cardiaque ? Aujourd’hui, après tout, chaque athlète trim-you a un de ces petits bipeurs au poignet.

Un cardiofréquencemètre est probablement l’un des meilleurs investissements pour un nouveau venu dans les sports d’endurance, car il lui donne un biofeedback de son effort. Les athlètes non entraînés et inexpérimentés, en particulier, ont beaucoup de mal à évaluer la charge d’entraînement et s’entraînent régulièrement de manière trop intense. C’est pourquoi le retour d’information est très important, surtout au début.

Cependant, comme toutes les méthodes d’entraînement, l’entraînement avec la fréquence cardiaque a ses limites. Pourquoi ça ? La fréquence cardiaque reflète le « stress » de l’organisme. Ce stress résulte, entre autres, de la charge d’entraînement, mais est également influencé par d’autres facteurs, tels que la température extérieure, le stress psychologique, l’équilibre hydrique ou l’état de régénération. Tous ces aspects et d’autres encore ont une influence sur le pouls. En outre, la fréquence cardiaque réagit toujours aux changements de charge avec un retard d’environ 20 à 60 secondes ; elle est donc relativement floue.

AdobeStock 170030381
Un cardiofréquencemètre peut être une bonne introduction à l’entraînement axé sur la performance, mais si vous le prenez au sérieux, vous découvrirez rapidement ses limites.

Cela devient clair avec un exemple simple : un cycliste amateur moyen roule à 28 km/h dans la plaine. Il a un pouls d’environ 135 battements par minute et produit environ 180 watts. Puis il roule sur un pont d’autoroute, en maintenant sa vitesse constante autant que possible. La puissance monte immédiatement à plus de 400 watts – une valeur qui, pour notre athlète exemple, est déjà bien supérieure à sa puissance continue, qu’il pourrait utiliser pendant une longue période en montagne, par exemple. Cependant, la fréquence cardiaque ne change pratiquement pas pendant cette phase, elle reste constante à 135 battements par minute. Maintenant, notre cycliste a atteint le sommet et descend le pont de l’autre côté, en ne « laissant tomber ses jambes » que légèrement. En même temps, sa puissance n’est que de 50 watts, alors que le rythme cardiaque commence à s’accélérer. Cependant, le temps que son cœur réagisse à l’effort et batte 150 à 160 fois par minute – ce qui est probablement encore inférieur à sa fréquence cardiaque à la limite de puissance continue – notre cycliste amateur a depuis longtemps repris le chemin du plat. Il faut encore quelques minutes, puis le pouls est redescendu à 135 battements par minute.

Que nous montre cet exemple ? La fréquence cardiaque réagit avec un retard significatif aux changements à court terme de la charge et ne convient donc pas comme paramètre unique pour contrôler la charge d’entraînement – surtout pas pour les athlètes inexpérimentés qui ne peuvent pas contrecarrer ce phénomène par le ressenti corporel. Les watts mesurés par le wattmètre, en revanche, reflètent en temps réel la puissance délivrée pendant le cyclisme, qui représente d’ailleurs la charge actuelle réelle du corps.

Si notre cycliste amateur était sur son vélo avec un capteur de puissance comme le Quarq ou le Garmin Vector, il réduirait considérablement son rythme dans la montée pour rester dans la plage de puissance visée. Dans les descentes, par contre, il pédalait avec un rapport plus important au lieu de laisser le vélo rouler sans charge. En résumé, un powermeter permet au coureur de mesurer précisément sa puissance ; il lui permet de s’adapter immédiatement aux changements de résistance de la conduite (inclinaison, vent). Et ce n’est qu’avec un capteur de puissance qu’il est possible de réaliser les programmes d’entraînement finement gradués qui conduisent à des gains de performance dans le cyclisme du 21ème siècle. Rien de tout cela ne peut être fait par la bonne vieille montre à impulsion.

Nous vous présentons dans les articles suivants quels processus physiologiques sont à l’origine de l’entraînement cycliste, quelles conclusions peuvent être tirées pour le contrôle de l’entraînement et comment réaliser de manière optimale l’entraînement et l’analyse de l’entraînement.

Voici une sélection de nos wattmètres les plus populaires

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bulletin d'information

Informations sur les bonnes affaires, les nouveaux produits et les articles de blog .