Marathonien sur une route sombre

Projet Marathon – Jour 1

Il y a un peu plus d’une semaine, mon frère m’a dit qu’il voulait courir un marathon virtuel à la fin du mois d’octobre. Bien sûr, je ne laisserai pas passer l’occasion et je rejoindrai le projet. Alors aujourd’hui, pour la première fois depuis longtemps, j’ai lacé mes chaussures et je suis parti faire de la musculation.

Puisque tout cela est censé être un défi, je me suis fixé un objectif, bien sûr. J’aimerais courir les 42 kilomètres en moins de 4 heures. Cela correspond à un rythme de 5:41 minutes par kilomètre.

Moi et la course

Mais d’abord, une petite info avant. En fait, j’ai toujours été un coureur. J’étais dans le club d’athlétisme quand j’étais enfant. Bien que tout le monde ait participé au triathlon (pour lequel je n’étais pas très doué), j’ai toujours apprécié davantage les épreuves d’endurance. Il n’est donc pas surprenant que vous ayez pu me voir plus tard, encore et encore, lors de courses et de courses de charité. Mais le dernier événement de ce type remonte à un certain temps. 2016 pour être exact.

Le fitness dans la préparation d’un marathon

De cette année, marquée par la crise de la Corona, j’emporte avec moi une certaine forme. J’ai parcouru pas moins de 10500 kilomètres sur la moto depuis février. De nombreux tours de plus de 200 kilomètres, la première fois 300 kilomètres en une journée et au Dirty Kanzelled également 200 kilomètres sur le vélo de gravier montrent probablement une endurance de base suffisante.

Marathon : Le premier entraînement

Le 3.9., donc à peine deux mois avant le marathon prévu, je courais à nouveau pour la première fois depuis longtemps. Équipée de ma montre Garmin, j’ai décidé de courir pendant une heure.

Sans prêter beaucoup d’attention aux chiffres, j’ai voulu savoir à quelle vitesse je peux courir actuellement.

Après la première pratique, je dois dire que je suis relativement satisfait. J’avais un rythme moyen de 5:21 min par mile, ce qui était plus rapide que ce que j’avais prévu pour le marathon. Cela signifie que j’ai fait 12 kilomètres en un peu plus d’une heure. Plus important encore, je n’avais plus de douleur et j’étais très stable sur la route.

Courbe de fréquence cardiaque dans l'entraînement au marathon
168 coups en moyenne, 185 au maximum

Mon rythme cardiaque était en moyenne de 168 battements par minute. Compte tenu de mon expérience du cyclisme, cela me place 10 à 15 coups en dessous de mon seuil. Je l’ai enregistré avec un Forerunner 935 et le capteur de fréquence cardiaque intégré à mon poignet. J’utilise également la montre pour des randonnées en gravel et en VTT et j’en ai toujours été très satisfait.

Les traces de la première unité

Bien sûr, la première formation ne m’a pas échappé sans laisser de traces. Le cyclisme et la course à pied sont fondamentalement différents en termes de séquence de mouvements et les muscles des jambes sont sollicités de manière différente. En particulier avec le vélo de route, vous effectuez de longues unités très calmement et avec une séquence de mouvements très ronde. C’est assez facile pour les articulations.

La course à pied est une autre histoire. En particulier pour une personne non formée, la séquence de mouvements est souvent tout à fait déréglée. Non seulement c’est une perte d’énergie, mais c’est aussi une contrainte pour les genoux, les chevilles et les cuisses. Je ne peux donc pas nier que le soir, il m’a pincé la cuisse, le genou ou le mollet une ou deux fois.

Perspectives de formation

Mon objectif pour les prochaines semaines sera d’habituer mon corps à une charge de travail sensiblement différente. Cela signifie que je vais laisser le vélo au moins deux fois par semaine et commencer à accumuler des kilomètres à pied. Une fois que les articulations, les muscles et les tendons se sont habitués à la séquence de mouvements, des séances légèrement plus spécifiques devraient alors me permettre d’atteindre mon objectif.

Dans l’ensemble, je suis aujourd’hui très confiant dans ma capacité à atteindre mon objectif. Comme il est certain que je serai de plus en plus lent pendant la longue durée du marathon virtuel, il est bon de savoir que je peux commencer un peu plus vite que nécessaire et me créer ainsi un coussin de temps.

Si vous avez déjà participé à un marathon, laissez-moi des conseils pour l’entraînement et le jour de la course dans les commentaires.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bulletin d'information

Informations sur les bonnes affaires, les nouveaux produits et les articles de blog .