Réserves de puissance

L’organisme humain dispose de réserves d’énergie en fonction de son état d’entraînement. Grâce au principe d’adaptation de l’entraînement, ces réserves de performance peuvent être étendues et augmentées.

Différents domaines de performance peuvent être définis (selon de Marées, 1992 et Hollmann/Hettinger, 1990) :

Réserve de marcheGamme de puissance
25 – 40 %performances automatisées (sans effort de volonté significatif)
60%L’état de préparation physiologique de la personne qui travaille
70%réserve de puissance du non initié
90 – 95%la réserve de puissance des athlètes hautement entraînés
100%capacité maximale, capacité de performance (ne peut être mobilisée volontairement)

Les réserves de performance supérieures à l’état de préparation physiologique ne peuvent être mobilisées qu’avec le plus grand effort de volonté. Pour les personnes non formées, la limite supérieure est relativement basse, à environ 70%. L’athlète de haut niveau a déplacé son seuil de mobilisation vers le haut au fil des années d’entraînement et a encore accru ses réserves de performance. La capacité potentielle restante ne peut être mobilisée que par des conditions exceptionnelles (par exemple, la peur de la mort, le dopage).

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Bulletin d'information

Informations sur les bonnes affaires, les nouveaux produits et les articles de blog .