Un marathonien sur la route de l'obscurité

Projet Marathon - Jour 1

Il y a une semaine environ, mon frère m'a dit qu'il voulait courir un marathon virtuel à la fin du mois d'octobre. Bien sûr, je ne laisserai pas cette possibilité me quitter pour rejoindre le projet. Aujourd'hui, j'ai donc lacé mes chaussures pour la première fois depuis longtemps et je suis parti m'entraîner.

Comme tout cela est censé être un défi, je me suis bien sûr fixé un objectif. J'aimerais parcourir les 42 kilomètres en moins de 4 heures. Cela correspond à un rythme de 5:41 minutes par kilomètre.

Moi et la course

Mais d'abord quelques informations. En fait, j'ai toujours marché. Enfant, j'étais dans le club d'athlétisme. Même si tout le monde participait au triathlon (ce que je ne faisais pas très bien), je m'amusais toujours plus dans les disciplines d'endurance. Il n'est donc pas surprenant que vous puissiez me voir plus tard lors de courses folkloriques et caritatives. Le dernier événement de ce type remonte à longtemps. 2016 pour être exact.

La forme physique dans la préparation du marathon

A partir de cette année, marquée par la crise de Corona, j'apporte avec moi beaucoup de forme physique. Depuis février, j'ai parcouru 10500 kilomètres à vélo. De nombreux circuits de plus de 200 kilomètres, la première fois 300 kilomètres en une journée et au Dirty Kanzelled également 200 kilomètres sur la Gravelbike sont probablement des preuves suffisantes Endurance de base.

Marathon : le premier entraînement

Ainsi, le 3.9., deux mois seulement avant le marathon prévu, je courais à nouveau pour la première fois depuis longtemps. Équipé de mon Garmin J'ai décidé de courir pendant une heure.

Sans trop me préoccuper des chiffres, je voulais savoir à quelle vitesse je peux courir actuellement.

Après la première formation, je dois dire que je suis relativement satisfait. En moyenne, je courais à une vitesse de 5:21 min par kilomètre, plus vite que prévu pour le marathon. Cela signifie que j'ai réussi à parcourir 12 kilomètres en un peu plus d'une heure. Mais surtout, je n'ai pas souffert et j'ai été très bien répartie.

Courbe de fréquence cardiaque lors d'un entraînement pour le marathon
168 coups en moyenne, 185 au maximum

Mon Fréquence cardiaque était en moyenne de 168 battements par minute. Compte tenu de mon expérience de cycliste, je suis à 10-15 coups en dessous de mon seuil. J'ai enregistré cela avec un Forerunner 935 et le capteur de fréquence cardiaque intégré à mon poignet. Je l'utilise aussi pour les balades en gravier et en VTT et j'en ai toujours été très satisfait.

Les traces de la première unité

Bien sûr, la première session de formation ne m'est pas passée sous le nez sans laisser de traces. Le cyclisme et la course à pied sont fondamentalement différents dans l'enchaînement des mouvements et les muscles des jambes sont sollicités de différentes manières. Surtout avec un vélo de route, on complète les longues unités très calmement et avec une séquence de mouvements très ronde. C'est assez facile pour les articulations.

Courir est différent. Tout aussi peu pratiqué, le processus de mouvement est souvent assez peu rond. C'est non seulement épuisant, mais cela sollicite aussi beaucoup les genoux, les chevilles et les cuisses. Je ne peux donc pas nier qu'il m'a pincé la cuisse, le genou ou le mollet plusieurs fois dans la soirée.

Perspectives de formation

Dans les semaines à venir, mon objectif sera principalement d'habituer mon corps à cette souche sensiblement différente. Cela signifie que je laisserai mon vélo au moins deux fois par semaine et que je commencerai à accumuler des kilomètres à pied. Une fois que les articulations, les muscles et les tendons se sont habitués au mouvement, des unités plus spécifiques veilleront à ce que j'atteigne mon objectif.

Dans l'ensemble, je suis très confiant aujourd'hui que je peux atteindre mon objectif. Comme je vais certainement ralentir pendant la longue durée du marathon virtuel, il est bon de savoir que je peux commencer un peu plus vite que nécessaire et me créer ainsi un coussin de temps.

Si vous avez déjà couru un marathon, laissez-moi quelques conseils pour l'entraînement et le "jour de la course" dans les commentaires

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

2 thoughts on “Projekt Marathon – Tag 1”

  1. Bonjour Moritz, son projet est très intéressant. Cela m'a immédiatement rappelé mon premier marathon (mars de cette année). Je suis aussi un passionné de course cycliste... Je ne cours que depuis deux ans et demi. Je ne pourrais jamais imaginer comment on peut tenir un marathon. Mais c'est précisément ce qui me motivait : courir un marathon une fois dans ma vie. Je pourrais écrire tous mes souvenirs maintenant, mais cela dépasse le cadre de cet article. Mes conseils... Les données de votre première course doivent être uniques. Pour votre satisfaction dans la gestion de ces temps, OK. Mais maintenant, suivez un plan de formation fixe. Vous pouvez trouver sur Internet de bons plans que vous pouvez adapter à votre époque et à vos conditions. Le temps de préparation de 8 semaines est sportif. La plupart des plans de formation sont d'une durée de 16 semaines. J'avais également raccourci mon plan d'entraînement (en raison du vélo de route) à 12 semaines. Puis vint Corona... J'ai encore une fois avancé ma dernière course. La dixième semaine, j'ai couru - également tout seul. Au début, j'ai inséré des temps de vélo dans mes journées de course sans entraînement. Cela ne fonctionne pas. Vous avez besoin des périodes de repos. Ne sous-estimez pas les longues et lentes courses d'endurance dont vous avez besoin pour contrôler votre pouls. Je ne pense pas non plus qu'il soit conseillé de "manquer" de temps au début de votre dernière course. Vous devez contrôler votre pouls, surtout au début. Vous avez besoin de force pour les derniers kilomètres. Croyez-moi. Alors, établissez un plan de formation et respectez-le. Ensuite, vous choisissez des parcours d'entraînement, que vous combinez ensuite pour former la course finale, c'est-à-dire votre parcours final. Vous pourrez ainsi courir par tronçons plus tard, ce qui vous aidera pour les longues distances. Commencez à tester votre restauration à temps. Qu'est-ce que vous pouvez tolérer, qu'est-ce que vous ne pouvez pas tolérer. Entraînez-vous également au petit déjeuner. Le jour de la course finale, il ne faut pas se contenter de nourriture et de boissons. Rien n'est pire que d'avoir mal au ventre... Apprenez à connaître votre corps pour cette situation exceptionnelle. Ne vous orientez pas vers votre partenaire de course. Faites votre course, votre vitesse. Mais vous semblez connaître votre corps, vous êtes aussi entraîné pour les longues distances sur un vélo de route. Moi aussi. Mais le marathon était un tout nouvel effort. Surtout mentalement. Pour la dernière course, un dernier indice. Prévoyez vos pauses là où vous pouvez boire, les toilettes sont également importantes. Où ou qui remplit votre ceinture de nourriture... Ne courez pas les tours, trouvez une belle distance... et pensez à votre pouls ! LG Maik et bonne chance... Dans mon esprit, je suis déjà avec vous (au fait, je me suis fixé comme objectif de courir le marathon avec un rythme inférieur à 6... J'ai atteint mon but... rythme de 5:58 et temps total de 4:11 heures - j'étais satisfait)

    Répondre
    • Salut Maik,

      Merci pour vos suggestions. En tant que cycliste, vous appréciez les longues et lentes séances d'entraînement dans la zone du GA1. C'est pourquoi j'intégrerai de plus en plus cette dimension. J'aimerais parler de la nutrition, de l'entraînement et de la planification des itinéraires dans un avenir proche. Je n'ai connu le problème de douleur à l'estomac dont vous avez parlé cette année que lorsqu'il faisait plus de 30 degrés lors de mon tour de 300 kilomètres. Ensuite, je n'ai pu ni manger ni boire correctement pendant quelques heures et je suis allé directement à la faim...

      Pour l'instant, l'adaptation se passe plutôt bien, le pouls est contrôlé et les muscles sont moins douloureux. Mais j'en parlerai plus en détail dans mon prochain article.

      LG Moritz

      Répondre

Laisser un commentaire

Article ajouté au panier.
0 articles - 0,00 

Bulletin d'information

Informations sur les offres exceptionnelles, les nouveaux produits et les articles de blog .